Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

2 mai 2005 1 02 /05 /mai /2005 00:00
"S'en tenir uniquement à ce qu'on fait dans le moment présent et à l'instrument usité pour le faire" - cette phrase trouvée en ouvrant au hasard les belles "Pensées pour moi-même" de Marc-Aurèle ne disent-elles exactement pas ce que nous avons fait avec les enfants la semaine dernière pendant la classe-chantier?



" - Peu importe quel chemin vous prendrez, déclara le Chat.

- ... pourvu que j'arrive quelque part", ajouta, en manière d'explication, Alice".
Ce quelque part cité hier me fait penser à une histoire que j'ai écrite il y a quelques années, intitulée "Les Aventures de Primo Saîgo sur les îles Rapöklök (où les gens ne savent pas compter)", et dont je montre ci-dessus le décor. Rapöklök est l'inverse de "quelque part" (kölköpar), et un discret hommage au "Erewhon" ("nowhere" inversé) de Samuel Butler. Le nom du héros est une sorte d'oxymore car "saïgo" veut dire "dernier" en japonais. Tout est de travers et littéralement démesuré dans ce pays où le jeune Primo aime la princesse Prima sans compter.



Il me revient à l'esprit que l'ancien nom de l'île de Cheju-do, au sud de la Corée, n'est autre que: Quelpart! Et j'ai consigné dans mon épais dossier IDL déjà cité (Idées De Livres) une petite note sur une île appelée Insuland, le pays de l'insu, que je compte bien décrire un jour. En hommage inversé à Erewhon j'avais aussi songé à une ville au nom contre-utopique de Sommuères.

Ce qui me fait penser à Sommières, donc à Durrell qui y a longtemps vécu, donc à Henry Miller qui était l'ami de Durrell. J'adore "Les livres de ma vie" de Miller. Le livre se clôt par trois appendices: "liste des livres lus", "livres que j'ai encore l'intention de lire" et "amis qui m'ont procuré des livres". Voici la couverture de mon exemplaire français



qui reproduit un détail d'une affiche de l'excellent Tadanori Yokoo qui a, entre autres oeuvres remarquables, conçu un étrange livre réunissant sa propre collection de cartes postales de cascades:




Ce travail aussi méthodique que pléthorique me rappelle la mise en page d'un autre livre que j'aime beaucoup et qui m'a indirectement inspiré pour mon Coxcodex, "Red Mouth" de l'incomparable Walasse Ting,




ces deux exemples de foisonnements ne me semblant pas tellement éloignés à leur tour de cette esthétique-ci:




Du même Ting je conserve comme un trésor ce vieux catalogue qui m'a inspiré, quand j'étais enfant, le goût de l'impression décalée et des tons directs:




dont voici, bien des années plus tard, dans mes "Oeuvres romanesques complètes", l'écho encore nettement audible:







A Blois, l'autre jour, Françoise m'a offert le très joli livre de Giono "L'Homme qui plantait des arbres". Je lui apporté en retour le livre de Miller, qui y écrit sur Giono des pages magnifiques, estimant que ses livres sont de ceux qui "augmentent la vie". Ce qui me rappelle le cher Filliou, pour qui, comme l'on sait, "l'art, c'est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art".
En guise d'architecture du jour, cette belle maison remplie de montagnes



qui me fait penser à la beauté des péniches qui, quand elles sont remplies de charbon, donnent l'impression que des montagnes glissent sur la Seine.

A demain.




Partager cet article

Repost 0
Published by Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires

emmanuelle 06/05/2005 16:58

votre blog est supermais j'ai pas tout lu c'est trop long