Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

23 avril 2005 6 23 /04 /avril /2005 00:00
Les heures du matin ne sont pas forcément calamiteuses, contrairement à ce que je supposais avant-hier, songeant à Bouvard et Pécuchet.
En effet, ayant réservé pour aujourd'hui la commande de couverture "carte blanche" un peu contraignante que je vous décrivais l'autre jour, et ne disposant pour sa réalisation que de peu de temps, j'ai entrepris de commencer à y réfléchir avant de me lever, à vrai dire même avant de me réveiller, car l'idée m'est venue dans un demi-sommeil, et plutôt sur le versant sommeil de cette moitié que sur son versant éveil. Voici le tout premier croquis ébauché avant le premier café, suivi des premières mises en forme, graduellement enrichies de quelques couleurs supplémentaires jusqu'à la forme finale:






Je travaille en général ainsi, au moyen de calques placés sur la mise en page prévue.

J'avais, comme roue de secours, prévu la possibilité d'utiliser des dessins existants (ici des détails de mon "Histoire de l'art"), et cette sécurité m'a permis, je crois, d'inventer plus librement.



L'idée du dessin définitif m'est venue en revoyant en rêve les somptueux rouleaux peints admirés au musée de Kyoto il y a une dizaine de jours.

Quelques soucis techniques ont malencontreusement fait disparaître deux ou trois commentaires de ce blog, en particulier une question adressée par une personne désireuse de se procurer le pin's représentant l'urinoir de Duchamp. Je l'invite à réécrire ici pour que je l'informe à se sujet (et j'en profite pour m'excuser de ma lenteur auprès de mes autres obligeants et honorables correspondants: je répondrai à tous, dès que j'aurai le temps de leur écrire assez longuement!).
A propos de pin's, j'ai justement promis au généreux donateur japonais de l'effigie duchampienne de lui envoyer en échange celui-ci, de ma confection



qui est imprimé d'un texte écrit si petit que l'on est obligé de s'en approcher très près pour le lire. En voici le texte:




Ce petit objet est plus embarrassant et plus difficile à porter qu'on ne croit, car il oblige, à moins de passer pour un goujat, de s'exécuter avec quiconque a la curiosité de s'en approcher suffisamment! Je l'ai intitulé "L'Aimant". Il est diffusé par un éditeur qui a produit d'autres pin's, dont celui de l'artiste autrichien Hans Schabus qui m'a beaucoup amusé par son efficace simplicité, et qui reproduit simplement la photographie d'un pin's vu de dos, à peu près comme ceci:




J'ai souvent utilisé l'image de l'aimant, par exemple pour cette affiche de Cosi fan Tutte




ou encore dans cette page de "A Cyphered message"




qui se lit "I am happy" si on relève les petits numéros apposés sur les éléments de l'image pour leur substituer les lettres indiquées en page de garde:




La promenade du soir m'offre une nouvelle fois l'architecture du jour:




cette jolie petite église au clocher carrément penché, qui me rappelle les inquiétantes perspectives obliques que l'on peut observer dans la ville de Mexico, et qui la font par endroits ressembler à certains tableaux urbains de Stuart Davis que j'aime tant.

A demain.


Partager cet article

Repost 0

commentaires