Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

21 avril 2005 4 21 /04 /avril /2005 00:00
"Maquette", en anglais, se dit "model". Le mot français vient de l'italien "macchia", tache, du latin "macula", ce qui me paraît moins directif et plus lié à l'expérimentation.



J'ai travaillé encore sur la maquette que j'amènerai lundi aux enfants de CP pour la "classe-chantier". L'idée sera de préparer le travail de construction à l'aide de ce modèle réduit, sans pour autant le figer, ni réaliser un "model" qu'il s'agirait d'"exécuter" ("exécuter": voilà qui n'est pas très vivant, au contraire même!). Lewis Carroll: "Nous autres, adultes, regardons en avant et en arrière et aspirons à ce qui n'est pas; un enfant ne fait jamais cela". Gageons que ce trait de l'enfance permettra de prendre en compte les trouvailles faites en cours de construction et de s'écarter joyeusement de la maquette initiale!


Hier, ou avant-hier, je ne sais plus, je citais l'"Histoire de l'art" de Gombrich. Or je viens de retrouver, en faisant le ménage sur un vieux disque dur, des brouillons de la mienne (d'histoire de l'art), qui me rappellent comment je préparais alors les images: une rapide et minuscule esquisse au crayon





ensuite des recherches aux crayons de couleurs,





puis le dessin tracé à la plume, scanné, et colorié à l'ordinateur en aplats et en stries.




(il s'agit, ici, de la version coréenne - je n'en trouve pas d'autre pour l'instant dans ma bibliothèque).

C'est un livre que j'ai fait assez vite (une double-page par jour, parfois deux ou trois), et assez long (il était payé à la page!).
Il arbore une couverture qui prête à confusion



ce qui lui a permis d'être rangé - comme j'ai pu le voir un jour à la librairie du musée des Arts Décoratifs - dans le rayon "Esthétique" aux côtés, précisément, de Gombrich. Fierté de l'auteur!

J'aime bien en général les couvertures non illustrées, qui réservent la découverte de l'univers graphique du livre aux pages intérieures:




La promenade du soir m'a mené près de l'étang de Poisson (c'est son vrai nom!) qui à la tombée du jour me fait toujours penser à un tableau de Munch.




Munch est un de mes peintres favoris, flamboyant représentant de ce que j'appelle dans mes classements personnels et simplificateurs "la peinture dessinée".

En marchant, j'ai commencé à réfléchir à Casse-Noisette dont je dois faire les décors et costumes pour le Grand Théâtre de Genève - ce sera le chantier que je mettrai immédiatement en route après la classe-chantier. Plusieurs points d'excellente augure: il y est question du "Palais enchanté du Royaume des Douceurs", et le chorégraphe avec qui je travaillerai porte le magnifique nom de Benjamin Millepied (le ballet a été créé à l'époque de Tchaïkovski par Marius Petipa!). J'ai hâte de m'y mettre sérieusement.
Enfin, cet autre motif de fierté que je vous livre, pour finir, tellement j'en suis heureux: mon livre Coxcodex 1



est épuisé (moi aussi, un peu!), un an à peine après sa sortie. Une seconde édition est sous presse. Je vous reparlerai un jour prochain de ce livre qui doit beaucoup à mon admiration pour Dubuffet et à ses "Fascicules".

Pour conclure, cette architecture du jour, qui ne doit rien aux pagodes bien qu'elle leur ressemble beaucoup dans le fléchissement de sa poutre maîtresse:



A demain.




Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires

Anne 21/04/2005 18:45

Cher Paul, comme j'envie cette classe de CP qui aura la chance de travailler avec vous. Je suis enseignante, et je propose une classe artistique de danse contemporaine à mes élèves de CM1CM2. Lors d'une balade à Paris, j'ai découvert votre exposition, et je suis revenue en classe avec une foule d'idées. Votre affiche "jeu de construction à se construire soi-même" sert de point de départ au travail avec le danseur Olivier Ferrec. A deux, nous avons choisi d'aborder la notion de traces, dans l'espace, dans le corps, ainsi que la notion de construction. La pièce chorégraphique s'intilulera sans doute "Chorégraphie à se construire soi-même. Attention, chantier!"
Votre travail me fait rêver (j'aime flâner sur votre blog) ; à mon tour, je veux permettre aux élèves de rêver en découvrant votre univers et celui d'Olivier Ferrec.
Merci pour votre poésie.
Anne
Une dernière chose, pourriez vous m'indiquer quelle est la matière avec laquelle sont fait les plaques et les cubes de couleur qui servent dans le jeu de construction du centre Pompidou? (Si c'était possible, je voudrais acheter de tels cubes pour l'école...) Merci