Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

14 avril 2005 4 14 /04 /avril /2005 00:00
"Le baiser de la pierre au papier" - ce sont à peu près les mots, je crois, qu'utilisait Francis Ponge pour parler de la lithographie,



et auxquels je faisais lointainement référence dans l'image ci-dessus, qui m'est revenue à l'esprit à cause des visages d'hier (cette image voulait surtout traduire l'impression de malaise que m'a toujours inspiré la notion d'édition limitée-signée-numérotée - comme du reste la bibliophilie: on possède un petit bout de l'auteur, puisque l'objet est signé de sa main, mais l'objet lui-même n'est qu'un multiple - possession un peu illusoire et vaine donc, à l'instar de cet homme barbu qui ne pourra jamais embrasser que le front de sa jeune amie).



Dans un esprit un peu différent, mais aussi en référence lointaine à Ponge et dans la lignée des visages d'hier, j'avais imaginé, il y a quelques années, cette image pour une carte de voeux de Franck Bordas. La numérotation incomplète laisse planer un doute et un espoir sur le quatrième baiser: sera-t-il sur la bouche?

En écrivant ceci je vois passer deux personnes marchant côte à côte dans le jardin sous mes fenêtres. Elles marchent si bien au pas que leurs jambes ressemblent à une paire de tréteaux.



Or comme j'aime les tréteaux (il y en a des centaines dans l'exposition!), j'imagine aussitôt que ces jambes en feraient une bien jolie paire:




Et voici une autre idée, à propos de tréteaux, notée il y a quelque temps:




et que j'aimerais bien un jour réaliser en vrai (les tréteaux touchent le plafond qu'ils semblent soutenir).

Et puis, en écho à mes évocations fréquentes et récentes de formes positives-négatives et de dedans-dehors: ces deux photos "dessus-dessous" que séparent à peine quelques minutes et que j'ai prises l'autre jour de l'avion:`



Enfin cette nouvelle toupie, étrange, trouvée dans un vieux catalogue Manufrance, et dont le mystérieux texte donne son titre à cette livraison:




Et pour conclure, en guise d'architecture du jour (je n'irai prendre mes photos dans l'exposition que demain matin) ces deux pages de carnets remplis pendant mon voyage




et ces dessins tracés aujourd'hui avec mes nouveaux pinceaux chéris en pensant, nostalgique, aux belles architectures à claire-voie découvertes la semaine dernière.




Avec toutes ces histoires de tréteaux il est très tard, alors à demain.


Partager cet article

Repost 0

commentaires