Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

26 mars 2005 6 26 /03 /mars /2005 00:00
La fatigue, ou la légère panique due à un travail à finir bientôt et que l'on a à peine commencé, me plongent parfois dans un état de conscience flottant, éloigné de la logique et de la pensée rationnelle, mais propice justement à l'émergence de bonnes idées et donc à l'accomplissement efficace de la tâche paniquante.



Ainsi ce matin un coup de téléphone me rappelle un travail à faire pour lundi et dont par distraction je n'avais pas noté l'urgence. Pendant un instant je me suis dit que jamais je ne trouverais le temps de caser cela entre la peinture, qu'il me faut encore terminer, des Toiles de Jouy, et la réunion de toutes les pièces pour l'exposition de Tokyo (je pars jeudi!). Mais rien à faire (curieuse expression, quand justement il y a mille choses à faire!) - le délai n'est pas modifiable: il s'agit d'une couverture pour un journal de design, l'excellente revue Intramuros, dont le titre sera "Spécial design français".

Je me suis mis au travail aussitôt. Je ne sais quel ange gardien me tenait compagnie ce matin, mais j'ai trouvé en quelques minutes une idée qui ne me paraît vraiment pas mauvaise. Voici les étapes de ma trouvaille:



Comme toujours, j'ai commencé par noter pêle-mêle ce que le sujet m'inspire - à ce stade il y a souvent plus de mots que de dessins, ici c'est un peu inhabituel, l'équilibre est plutôt inverse.




A la troisième page de mes notes, m'est venue l'idée du camembert: y avait-il quelque chose à trouver à partir de sa jolie forme?




Puis, me questionnant sur ce qui, à l'instar du camembert, était spécifiquement français, et en cherchant à penser un peu à côté du sujet, et à sortir du champ du design et des formes, m'est venu à l'esprit le nom de La Fontaine, en songeant au Renard et au corbeau. Et là: tilt! L'idée s'est imposée à moi avec une très vive évidence - je sais (c'est du moins mon sentiment à ce moment) que cette idée est la bonne (le "train of thoughts" que je viens de décrire constitue pour moi un record de rapidité: dix minutes à peine s'étaient écoulées depius le début de ma réflexion).




L'idée c'était: La Cigogne et le renard, évocation très française d'une question basique de design, qui m'évite d'avoir à exprimer un point de vue personnel sur la question (que je n'ai d'ailleurs pas), comme d'évoquer un objet particulier (pourquoi celui-là plutôt qu'un autre?).




Voici mes premières esquisses pour la couverture. C'est un peu trembloté car j'ai écrit et dessiné tout ceci en voiture (je vous rassure: ce n'est pas moi qui conduisais!).

L'idée date de ce matin; ce soir je me couche très content, mais peut-être demain, au moment de mieux mettre l'idée en forme, ou simplement en revoyant ces notes, aurai-je un autre avis ou trouverai-je une autre idée?
Nous verrons demain.
En tout cas j'ai l'intention de faire un dessin assez neutre au cerne noir, puis de le colorier de manière plutôt désinvolte, un peu comme les pages de ce vieux livre pour enfants:



ou comme les belles interprétations par Polke des images de lanterne magique.

A propos de Polke, Alain Goulesque m'envoie ce soir, en écho à mes spirales d'hier, cette belle volu(p)te de Dürer (précisément revisitée, elle aussi, par Polke)



et qui me rappelle aussi les circonvolutions des vignes




dans lesquelles il est tentant de lire des lettres ou des noms.

Sans rapport avec ce qui précède, mais avec l'évocation, hier, de l'"attention" chez Agnes Martin et Jacottot, ceci, trouvé chez Novalis: "Qu'ils sont donc peu nombreux, les hommes qui se sont exclusivement instruits d'une multiple, silencieuse et totale attention portée sur tout ce qui se passe à tout moment autour d'eux et en eux!... L'attention est la mère du génie". Je vais essayer d'être très attentif.
Enfin, campagnard toujours et donc sans photos de l'exposition, je vous propose, en guise de bâtiment du jour, cette douteuse leçon d'architecture.



A demain.




Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires