Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

19 mars 2005 6 19 /03 /mars /2005 00:00
L'improvisation de ce matin ne s'est pas trop mal passée (du moins je le crois - il faudrait demander aux étudiants).


 




(cette image est extraite de l'"Histoire de M. Crépin", de Töpffer).
Je suis toujours étonné, et rassuré, de constater combien une intervention de ce genre (tout comme une conversation ou un coup de téléphone) se développe selon son propre élan, une fois les premiers mots prononcés, empruntant presque toujours des voies autres que celles qu'on avait prévues. Chercher à ne pas s'écarter des voies tracées rend toujours l'exercice impossible - autrement dit: ne gardons jamais le nez plongé dans nos notes (ce qui de toute façon ce matin m'était doublement impossible, étant donné que je n'avais pas de notes, et qu'il faisait noir, pour permettre la projection de mes images).
J'avais pourtant, pour bien préparer mon affaire, commandé le livre souligné de rouge sur la liste que voici



mais heureusement il n'est pas arrivé à temps pour que j'en tire bénéfice.

J'ai en revanche beaucoup appris des claires paroles de Matali Crasset et de Jeanne Quéheillard qui participaient aussi à cette table ronde.
Et j'ai immédiatement noté dans mon carnet la jolie phrase d'Alexandre Delay: "Qui perd ses clefs gagne un peu de place dans sa poche" (et j' ai vivement apprécié cette autre, digne de Jacotot, et bien plaisante dans la bouche du directeur pédagogique - est-ce le terme exact? - qu'est Alexandre: "Obtenir son permis de conduire ne prouve pas que l'on sait conduire, mais que l'on est capable d'obtenir son permis de conduire").



Il a beaucoup été question de technique ces deux jours-ci dans les discussions - connaître une technique favorise-t-il l'invention d'un projet? La réponse est oui évidemment, à mon sens, et j'aimerais citer cette phrase de Bruno Munari: "Mon point de départ c'est toujours la technique, pas l'art. Souvent les gens partent d'une idée, et souhaitent la réaliser à tout prix. Ma méthode n'est pas celle-là. Si vous partez de la technique, vous savez où vous pouvez aller".




Savoir où l'on peut aller n'interdit pas de flâner en chemin, bien au contraire, puisque l'on possède cette sécurité. Ainsi le voyageur, ou notre explorateur, connaissant sa possible destination, peut se permettre, rassuré sur ce point, de divaguer à loisir. (A propos de loisir, Robert Filliou: " Que font les artistes? Ils organisent leurs loisirs de façon créative... L'art est une forme de loisir organisé. Le fait que cela puisse aussi représenter un dur labeur... n'invalide pas, selon moi, cette proposition. La même chose s'applique au ski, au football ou encore à l'amour".




Et à propos d'explorateur - je promettais hier d'expliquer pourquoi j'avais tant d'affection à son égard:
c'est qu'il me rappelle non seulement la nécessité d'expérimenter sans cesse, d'aller où je ne suis pas encore allé et où je ne me savais pas capable d'aller, mais aussi celle d'explorer un sujet à fond - Matisse parlait, je crois, de "fatiguer le sujet" - j'aime pour cela la fatigue qui, comme l'ivresse ou l'état amoureux, met au jour une éventuelle misère qui impose d'aller à l'essentiel, sans attendre.



Encore une chose, pour conclure sur notre explorateur: ceci, cité dans "Un trou dans la vie", de Jean-Pierre Criqui, déjà cité: le conseil du dieu Tezcatlipoca à Robert Smithson (déjà cité lui aussi, et grand amateur de spirales!): "Tu dois voyager au hasard, comme les premiers Mayas. Tu risques de te perdre dans les fourrés, mais c'est la seule façon de faire de l'art".




Enfin, voici l'ouvrage d'art du jour:




A demain.


Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires

LUCY 25/03/2005 01:11

perdrela raison met de l'espace entre soi et soi /on perd ses papiers et on sait plus où on habite /tout à coup c'est la forêt on y est perdu et retrouvé/ qui perd gagne qui perd pert qui perd ses verres ne voir plus rien où se sobrifie/un chameau perdu un demi dromadaire offert niveau bosses ça le faitje vous aime je me perds je me tue je vous perds on se marie on se perd on a beaucoup d'enfants et on va les perdre dans la forêt elle est retrouvée quoi la minute présente paul cox est locace virgine fox est rusée courtney loves kurt clic clac merci coccis cat il faut bien s'asseoir sur ce qu'on apprécie pour en goûter le moëlleux///

Dupinceau 19/03/2005 05:14

Je comprends pourqoi il n'y a aucun commentaire...Haha. Je crois que je vais mettre pleins de lien vers ce blog, et surtout expliquer POURQUOI ce blog est "modéré"...Ca fera rire. Mais dites, franchement...Vous craignez que le ridicule tue ?...  l'art officiel a toujour été ringard. Alors, bon. Ne nous formalisons pas.