Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

16 mars 2005 3 16 /03 /mars /2005 00:00
Au réveil mon sentiment d'hier soir était inchangé: c'est bien l'affiche avec le monogramme que je préfère et je renonce donc aux nains. Mon idée est de la réaliser en plusieurs versions de couleurs différentes.



Une partie du tirage servira donc, une fois pliée, de jaquette au catalogue de l'exposition annoncée par l'affiche. Cela ressemblera un peu à ceci.




Mon idée - ou l'une des idées - derrière le choix de ce monogramme (deux feuilles identiques, l'une figurant un B, l'autre un F), c'est d'évoquer l'utilisation de l'impression non comme simple moyen de reproduction à l'identique, mais comme véritable outil de production, éventuellement de pièces uniques.

Je montrais l'autre jour l'ensemble "Tristram" réalisé avec Franck Bordas. Dans le même genre d'idées, nous avions aussi réalisé les "Oeuvres Romanesques complètes": au départ deux grandes feuilles imprimées, comme celle-ci



portant des images d'un côté et de courts paragraphes de l'autre, reliées
, après massicotage, dans des classeurs, les feuillets de chaque volume (il y en avait 110) étant assemblés dans des ordres différents et aléatoires. Chaque livre, unique à sa façon donc, bien que constitué des mêmes feuillets que tous les autres, portait un titre qui lui était propre.
Voici par exemple trois variantes de la première double-page



et quelques autres doubles-pages:




Et voici quelques-uns des titres:

 
-La lecture, ce besoin
-Le bûcheron obstiné
-Les raisons de brouter
-L’oubli des chagrins
-Les deux frères et l’étourderie
-A propos de nos doigts
-Ames et lèvres
-L’observateur et les ailes d’or
-Antoinette et les coûteuses provisions
-L’autre et sa joie. Les prédateurs des annélides
-La solitude mode d’emploi I et II
-Entretien des routes et éclairage des rues
-La lune, les planètes, les étoiles, les comètes
-Histoire des trois oublis
-Le récit du vieillard, ou le trépied
-Chronique d'un coeur satisfait
-Jésus de Nazareth
-Les draps de nos lits

C'était une opération vraiment rentable, car j'avais ainsi d'un seul coup considérablement étoffé ma bibliographie, impressionnante pour celui qui ne sait pas (rien ne permet de le deviner) qu'il s'agit de livres uniques et identiques à la fois.
Et voici un exemple de la manière dont ces volumes étaient exposés:



A propos de titres, j'ai testé une fois un procédé à la Raymond Roussel: j'ai commencé ce livre par l'invention de son titre, ou plutôt par la conception complète de sa couverture:




Ce procédé apparemment très contraignant était en fait une solution de facilité: la couverture une fois définie, ne restait plus qu'à remplir les pages, sans plus avoir à m'angoisser sur le choix du sujet (je me souviens que j'avais choisi le titre - donc le sujet - en cinq minutes, m'en remettant entièrement à mon goût pour le dessert du même nom).

J'ai découvert plus tard que Baudelaire tenait une liste de "Plans et projets de romans et de nouvelles", envisageant par exemple d'écrire "Le portrait fatal, L'almanach, La cigüe islandaise, Une infâme adorée, L'ami du rouge, Pile ou face, La maîtresse de l'idiot, Les heureux de ce monde, Spéculation sur la poste, Le fou raisonnable et la belle aventurière" etc. Et il paraît que Stevenson avait élaboré le récit de l'"Ile au trésor" après en avoir dessiné la carte pour son neveu, je crois; et enfin le fameux "Twenty-six gasoline stations" d'Edward Ruscha s'est d'abord imposé, dans l'esprit de son auteur, sous la forme de cet assemblage de mots, dont la sonorité lui plaisait, avant d'être un livre de photographies.
Voilà pour aujourd'hui, et voici non pas l'architecture, mais la créature du jour:



A demain.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires

Lebel Diane 24/04/2005 06:29

Cher Paul Cox!
j'ai été ravie de retrouver le Lama que Virginie et moi avons construit pendant une apres-midi!
je tenais à vous remercier d'avoir réaliser cet espace dans lequel on se sent si bien et surtout si propice à l'amusement! nous avons attendue en vain jusqu'a la fermeture (ou presque dans l'espoirt de vous renconter...)
Nous sommes toutes les deux en "prépa artistique" et étions donc de passage à beaubourg. La galerie des "enfants" (et meme tres grands enfants...!) nous a occupé sans relache aux détriments des étages supérieurs!
encore merci!
Diane.