Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

8 mars 2005 2 08 /03 /mars /2005 00:00
Hier je montrais une magnifique plaque de rue dénichée par Alain Goulesque à Valenciennes. En voici deux autres trouvées par mes soins, l'une à Ivry, l'autre à Montreux, près du lac.



Hier je parlais aussi d'héliotropes. Comme j'aime beaucoup ces fleurs (les tournesols) - Van Gogh et Tintin ne sont pas étrangers à cet amour, ni Ogata Korin à celui pour les iris - je les ai mis en scène pour rythmer le temps d'un de mes livres déjà assez ancien: "Le Secret du parfum chinois", l'un des tomes des "Aventures d'Archibald le koala".

Voici leur évolution au fil des pages:



Les pages ne sont d'ailleurs pas marquées d'un numéro seulement, mais aussi d'une horloge (c'était un petit tampon articulé que j'avais confectionné, et dont je pouvais bouger les aiguilles): on progresse de demi-heure en demi-heure - le livre compte 38 pages: l'histoire se déroule donc en 16 heures, commençant le matin et finissant le soir.






D'autres indications de temps rythment ce récit d'un jour: au début, au petit matin, un fêtard rentre chez lui;




A la fin, c'est le soir, il sort passer la nuit dehors.`




Il y a aussi une chenille qui devient papillon, fait une rencontre puis une petite chenille.






Le goût de ce genre de détails a été nourri de ma lecture attentive et souvent reprise du génial Petzi (à propos d'Egypte, et du roman évoqué hier, je recommande vivement "Petzi aux pyramides"), où deux tout petits personnages secondaires, une tortue nommée Caroline et une grenouille dont j'ai oublié le nom, vivent des aventures cocasses sans lien direct avec le reste des images.
Enfin, puisqu'il s'agit d'une enquête où un détective (Archibald) suit une piste, on voit effectivement une piste, sous forme de pointillés (que j'affectionne!), se dérouler de page en page



(les procédés de ce genre que l'on trouve à foison chez Tex Avery et qui mettent en lumière les constituants du dessin animé ne sont évidemment pas étrangers à mon inspiration).

Et encore ceci, à propos du même livre - comme, on l'aura deviné, j'aime bien les titres, et en jouer - donc celui-ci, "Le Secret du parfum chinois", n'a aucun rapport avec l'histoire, sinon qu'il s'agit du titre d'un roman qu'un personnage secondaire écrit pour séduire une jeune fille, et qui n'apparaît que dans le détail ci-dessous:



Voilà tout pour aujourd'hui; c'est un peu bref mais j'ai été fort long hier, et puis il faut encore que je prépare une petite parlotte que je dois faire demain devant des élèves de seconde, à l'invitation de Flore, qui aimerait que je leur dise ma définition de l'art en général et de l'art contemporain en particulier. Profondément touché de cette invitation, mais un peu pris de panique devant cette question à laquelle je ne suis pas sûr d'avoir de réponse, je me cacherai peut-être derrière la définition que donnait Kurt Schwitters de son mot "Merz": "Le mot Merz a désormais la signification que je lui donnerai au fur et à mesure".

Et voici deux constructions du jour. un mystérieux équilibre, et un subtil amortissement d'angle.



A demain (demain, c'est promis - maintenant il est un peu tard - je vous donnerai le résultat de le traduction automatique du sonnet de Shakespeare - mais je peux vous dire déjà qu'elle est remarquable).


Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires

raphaelle epstein-richard 09/03/2005 21:29

je découvre votre travailque je ne connaissais que par vos livres pour enfants que votre père, m'avez offert lorsque j'étais son élève de piano et à la maitrise de Radio France.je pense souvent à lui

florent 09/03/2005 14:04

tiens, l'impasse de l'avenir.. il y en a une aussi à paris dans le vingtième ou le 19ème... ça doit être un classique.... des urbanistes punks?

guilaume poulain 09/03/2005 12:37

Se souvenir de moi ? - je coche.Je découvre aujourd'hui ce qu'est le projet "toile de jouy" dont j'avais entendu parler. Je suis ému par sa beauté.