Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des questions ?

Bienvenue sur ce blog, réalisé à l'occasion de l'exposition Jeu de construction, à la Galerie des enfants du Centre Pompidou, du 16 février au 9 mai 2005.

Grâce à ce blog, j'espère vous permettre de mieux comprendre mon travail, et surtout avoir la possibilité de dialoguer avec vous, et recueillir vos impressions.

Paul Cox

 

Ps : N'hésitez pas à laisser vos commentaires, ils seront validés au plus vite !

Bienvenue !

  • "Pourquoi je ne peux pas voir mon commentaire ?"

Les commentaires sur ce blog sont "modérés" : cela signifie qu'ils doivent être validés, et éventuellement modifiés avant d'être visibles. En effet, ce blog est accessible aux enfants, dans l'exposition : nous devons donc vérifier ce qui est publié !

  • "Pourquoi je ne peux pas suivre un lien internet ?"

Si vous êtes connecté au blog depuis la Galerie des enfants, vous ne pourrez pas surfer librement sur internet... Une seule solution pour profiter de tous les liens : revenir depuis un autre accès internet sur www.paulcox.centrepompidou.fr.

24 février 2005 4 24 /02 /février /2005 00:00








Ouf! La parlotte que je devais faire aux Arts-déco à propos de mes livres ne s'est pas trop mal passée. Du moins je crois que je n'ai pas eu sur l'assistance l'effet dépeint par Töpffer dans ce dessin, qui me hante souvent dans ces circonstances:




(tout le monde y dort, sauf un auditeur au premier rang et un au second).

Dans le même livre de Töpffer, "Histoire de Mr Pensil", je tombe sur l'incroyable page que voici:



on dirait l'un des innombrables modules posés sur les tables de l'exposition, soudain animé de vie et pourvu de bras. Peut-être le soir venu et les visiteurs partis l'ensemble de mes petits objets s'anime-t-il de cette manière!
Je me permets de reproduire ces dessins car le livre dans lequel ils figurent est suffisamment ancien (1860) pour échapper aux contraintes liées aux droits d'auteur. Pour être très franc, je n'ai jamais réfléchi très sérieusement à cette question, mais honnêtement je trouve dommage de ne pouvoir reproduire librement ici les images que je voudrais montrer, comme l'écrivain qui a un "droit de citation" très libre, lui permettant de citer tant de lignes (je ne sais plus le nombre exact). J'utilise volontiers comme signature ce monogramme (que j'ai d'ailleurs apposé au dos de mon Coxcodex 1), qui dit assez ma position sur ce sujet du copyright.


Un des intervenants aujourd'hui était Marie-Ange Guilleminot, dont j'admire beaucoup le travail, accompagnée d'Yves Jammet - elle nous a fait la grâce de fabriquer ce joli origami sous l'objectif du rétroprojecteur.








Comme je montrais au public quelques-unes de mes cartes modulaires dont les éléments carrés peuvent s'assembler en n'importe quel sens comme des carreaux de céramique,




deux jeunes designers (travaillant sous le nom astucieux de Dasein - je suis un peu jaloux de cette trouvaille, mais aurais-je osé?) sont venus me montrer un de leurs travaux, troublant de similitude avec ceux que je viens de citer: une carte d'un Paris fictif, carte carrée, qui s'agence en tous sens avec ses reproductions.

Dans le même genre, voici une quadruple affiche que j'ai réalisée récemment pour une quadruple exposition à Troyes, dans quatre lieux différents, et quelques-unes de leurs dispositions possibles.














Je saute du coq à l'âne: hier je parlais de la maison d'édition de CD audio pour laquelle je venais de terminer une couverture (pour des poèmes de Mallarmé). Je retrouve à l'instant mes esquisses pour le logo de cette maison, les voici (c'est un exemple de trouvaille particulièrement rapide - c'est rare qu'en deux pages de recherches j'arrive ainsi à mes fins):



Et voici le logo final:




Ce logo me fait penser aux coulures que j'observe les jours de pluie dans jardin près duquel nous habitons:











Il y a quelques jours je reproduisais un curieux arbre photographié en notre campagne. En faisant le ménage dans mon Mac je retrouve aujourd'hui celui-ci, que j'aime beaucoup aussi, dans un registre plus comique.









Enfin, voici l'architecture du jour




qui m'évoque pêle-mêle la spirale du musée à croissance illimitée de Le Corbusier, et les volutes et spirales que l'on peut dessiner à la toupie - en voici un exemple



réalisé à l'aide de grandes toupies en carton dont l'axe est une brosse dure trempée dans de la peinture rose. Et toupie est l'anagramme d'utopie!
J'adore les toupies. Charles et Ray Eames les colectionnaient. Ils en ont fait un très beau film. Et j'ai vu l'an dernier une très belle vidéo du Mexicain Miguel Angel Rios, "A Morir", qui montrait un combat de toupies au Mexique. La toupie dessine des spirales, signe de croissance et de vie

et voici un mystérieux objet acheté dans un magasin de pêche et dont j'ignore tout à fait l'usage.









J'écoute à nouveau la magnifique "Clémence de Titus" de Mozart. Voici une affiche que j'ai réalisée il ya quelques années pour cet opéra.




A demain.






Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Cox - dans paulcox
commenter cet article

commentaires